La crise sanitaire de la Covid-19 a entraîné une importante chute de l’activité économique. Malgré ce contexte, la Ville de Dompierre-sur-Mer affiche une situation financière satisfaisante. Le budget communal 2021, adopté lors du Conseil municipal du mardi 23 mars 2021, met la priorité sur les investissements à hauteur de 2 millions d’euros. Les écoles en seront les premières bénéficiaires.

La crise sanitaire est mondiale. Une situation exceptionnelle qui n’épargne aucun État. Mais qu’en est-il dans notre pays ? Quel impact cette crise a sur notre commune ? Quelles seront les priorités de l’année ?

La situation en France

Afin de soutenir l'activité économique, l’Union européenne et le gouvernement français ont mis en place un plan de relance (100 milliards d’euros). Pour cela l’État a dû recourir massivement à l’emprunt. Actuellement, les taux d’emprunt sont exceptionnellement bas et l’inflation quasi nulle.

Pour ne pas pénaliser les communes, l’État s’est engagé, entre autres, à maintenir la dotation globale de fonctionnement (DGF) et les dotations d’investissement au même niveau qu’en 2020. L’inquiétude pourrait venir de la suppression de la taxe d’habitation.

L’impact de la suppression de la taxe d’habitation

Cette année, pour compenser la suppression totale de la taxe d’habitation, l’État a décidé de verser la part du Département de la taxe sur le foncier bâti (taxe foncière) aux communes. Dans le cas où le taux, voté chaque année, appliqué par le Département serait moins avantageux, l’État prendra en charge la différence.

La situation à Dompierre-sur-Mer

Malgré un contexte économique incertain, notre commune parvient à tirer son épingle du jeu. Comme évoqué précédemment, à court terme, la fiscalité ne sera pas impactée au vu des mesures prises par l’État (compensation de la suppression de la taxe d’habitation).

Autre ressource importante pour la commune, les droits de mutation (taxes perçues par la collectivité lorsqu’un bien immobilier est vendu), les transactions immobilières étant nombreuses à Dompierre-sur-Mer. La commune est attractive, les prix des biens augmentent et la population ne cesse de croître (5 700 habitants, population totale INSEE). Ce dynamisme démographique s’explique notamment par la proximité de La Rochelle. Dans le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI), la Communauté d’agglomération de La Rochelle prévoit d’accueillir 1 400 habitants par an, dont 22 % dans les pôles d’appui. Dompierre-sur-Mer est l’un de ces pôles d’appui, avec d’autres communes de l’agglomération

Les recettes et dépenses de la commune

Entre 2014 et 2020, les recettes communales ont augmenté de plus de 10 % (+441 150 €). Les dépenses augmentent également sur la même période, mais moins rapidement que les recettes (+263 575 €). Ainsi, la capacité d’autofinancement de la commune s’est accrue.

Les dépenses liées au personnel ont augmenté en raison de la crise sanitaire (renforcement des effectifs) et de l'amélioration de l'encadrement des enfants dans les écoles, notamment lors de la pause méridienne.

Le niveau des subventions aux associations reste stable, la municipalité ayant décidé de ne pas impacter les associations qui ont subi une baisse de fréquentation en 2020.

L’endettement de la commune

La dette d’une commune illustre sa capacité à préparer l’avenir. À Dompierre-sur-Mer, elle s’élève environ 1,6 million d’euros, soit 295,07 € par habitant, alors que la moyenne pour les communes de 5 000 à 10 000 habitants se situe à environ 874 € par habitant. De plus, la commune dégage un solide excédent annuel.

Un constat rassurant, mais qui illustre également un sévère besoin d’investissement, une commune n’ayant pas vocation à conserver une épargne trop importante. Les taux actuels étant particulièrement bas, la collectivité a tout intérêt à investir.

Le choix de la commune

Afin de rationaliser son action, la municipalité a demandé plusieurs diagnostics, sur la voirie et sur les performances énergétiques de dix bâtiments communaux. Les élus définiront un plan pluriannuel de travaux à partir des restitutions de ces audits. En 2021, les investissements se chiffrent à hauteur de 2 millions d’euros, contre 1,5 million en 2020.